COFRADE

La France a ratifié

la Convention Internationale des Droits de l’Enfant le 7 Août 1990.

Elle est donc tenue de l’appliquer !


Avec le COFRADE

les droits de l’enfant,

une obligation

pour tous

association loi 1901

14 rue Mondétour – 75001 Paris

Tél : 33(0) 1 45 81 09 09

Fax : 33(0) 1 45 81 09 50

Courriel : Cofrade.contact@gmail.com

Site : www.cofrade.fr

La Mission du COFRADE

Veiller à l’application et au respect des dispositions de la Convention en France et par la France :

Développer toutes les actions nécessaires pour faire connaître aux enfants et aux adultes, aux institutions publiques et privées, nationales et locales, les dispositions de cet instrument de droit international, désormais loi française, et pour promouvoir une éducation et une pratique de leurs droits par les enfants dans le respect de l’autre.

Promouvoir, dans un dialogue suivi avec les Pouvoirs Publics français, les adaptations législatives et institutionnelles qui s’imposent pour mettre le droit de notre pays en conformité avec ses engagements internationaux, et développer les actions de solidarité liées au statut d’Etat-partie de la Convention.

Au plan international, le Cofrade fait preuve de la même vigilance et milite pour que soient réunis les moyens nécessaires pour réaliser les objectifs fixés par le Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de septembre 1990

2 réponses à COFRADE

  1. zina raggoua j.bruno dit :

    francois mitterant avant tente de faire mettre en application le droit des enfants lor de sa presidence .hor il semble bien encore aujourd que la vie d un enfant francais ne pese pas plus lourd que celle d un enfant du tiers monde face 600 000 000 d euros .

  2. Leon dit :

    Il serait temps que l’on s’aperçoive combien le freudisme a été et reste responsable de maltraitances à enfants (Cf le texte négationniste, très pervers dans ses effets? « On bat un enfant », paru en 1919). A Paris en 1945 le Dr. B. tenait Cabinet dans l’immeuble jouxtant celui où habitaient mes parents. Le Dr. B. avait réussi à convaincre mes parents qu’il pouvait me préserver du rachitisme grâce à l’appareillage qu’il avait fait installer dans son Cabinet (ce médecin devait savoir que mes parents avaient la hantise du rachitisme). Je me rappelle que je me rendais seul et sans déplaisir, à ces séances, celles-ci étant plutôt agréables. J’étais seulement étonné de la grandeur du lit sur lequel on me faisait étendre, qui aurait pu supporter trois ou quatre patients à la fois. Tout se passa bien … jusqu’à la enième séance Alors que n’y voyais rien à cause du bandeau noir qui me couvrait les yeux, j’étais soudainement immobilisé et subissais une violente agression X. J’ai dès lors changé de comportement et présenter des troubles psychologiques sévères. Je me suis soudainement mis à avoir peur de tout ce qui rappelait de près ou de loin l’installation du Dr. B.. Je ne voulais plus mettre les pieds chez le coiffeur. Même passer devant sa boutique m’était devenu effrayant.. Je ne voulais plus dormir dans ma chambre. J’exigeais de pouvoir dormir dans la chambre de mes parents avec la lumière allumée. Mon père ne l’entendait de cette oreille, qui se mit à me « corriger » si violemment pour me faire entendre raison que ma mère eut peur qu’il en vienne à me tuer. Elle dut plus d’une fois dû s’interposer. Le Dr. B. expliqua à mes parents que mes troubles provenaient des UV, qu’il disait pouvoir parfois provoquer de tels troubles ! Mes parents n’ont pas compris qu’il se moquait du monde.
    Ma mère s’en est quand même allé voir une psychiatre, qui lui expliqua, après qu’elle m’a fait passer des tests et fait faire un dessin, que j’étais intelligent, mais qu’à cause de son attitude surprotectrice, elle avait fait de moi une lavette (sic, complexe d’Oedipe oblige). Ma mère s’était aussi arrangée pour me faire partir en Suède dans une famille d‘accueil, ou malgré mes troubles, j’ai vite trouvé ma place, alors qu’en France j’étais devenu objet de mépris, et même de haine.
    En Bretagne, dans les Côtes d’Armor, un médecin, le Dr. B, a été il y a plus d’une vingtaine d’années convaincu de pédophilie. Condamné par la justice et interdit d’exercice de la médecine, ce médecin avait, au sortir de prison, pu intégrer l’Ordre des médecins pour y trouver un emploi.
    Sous Jean-Paul II, le Vatican couvrait les scabreuses exactions du père Macial Degollado, fondateur de la Congrégation «Les légionnaires du Christ». De même à l’Haÿ-les-Roses (94240), l’Ordre a couvert la Clinique Elmelik malgré – ou à cause ? – de ce qui s’y passait d’innommable, qui fait toujours l’objet d’un tabou;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s